La crise des Gilets Jaunes n’en finit plus de mobiliser l’attention et je ne vais pas inverser la tendance en y consacrant un nouveau billet.

Mme Speranta Dumitru maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris-Descartes a publié un article sur le site The Conversation, relayé par nouvelobs.fr.

L’objet de la communication est en résonnance avec la crise actuelle puisqu’elle est consacrée à l’étude de la pauvreté.  Une question liminaire est posée : «  Après de longs mois à répéter que les "gilets jaunes" "souffrent", qu'ils sont "dans la détresse" et n'arrivent pas à "joindre les deux bouts" ou à "remplir leur frigo", peut-on encore parler de ceux qui vivent avec 1,90 dollar par jour ? »

La suite montre qu’il serait dommage de s’en priver car, sans porter de jugement définitif sur la réalité du malaise exprimé par les Gilets jaunes, l’article apporte des éléments de contexte intéressant qui permettent de mettre en perspective.

 

D’abords, une première bonne nouvelle : la proportion des pauvres dans le monde a drastiquement baissé. Voici quarante ans, elle dépassait 40%. Aujourd'hui, 10% de la population mondiale vit avec 1,90 dollar par jour. La moitié de ces personnes résident en Afrique.

 

Un peu d’explication préalable avant de délivrer la deuxième bonne nouvelle.

Le professeur Branko Milanovic(économiste serbo-américain professeur au graduate center de l'université CUNY, à New York),  a analysé les revenus disponibles des ménages dans 118 pays. Pour chaque pays, il a divisé la population en 100 parts et a noté le revenu de chaque 1%, ou centile. Au total, il avait 11.800 centiles. Mais il voulait savoir si les 1% les plus pauvres au Brésil, par exemple, sont plus riches que les 1% les plus pauvres en Inde. Pour pouvoir comparer ces revenus, il les a convertis en utilisant la Parité du Pouvoir d'Achat (PPA). Puis, il les a réordonnés par centiles à l'échelle du monde.

NB : La parité de pouvoir d'achat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet d'exprimer dans une unité commune les pouvoirs d'achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d'unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer le même « panier » de biens et de services.

Ce taux de conversion peut être différent du « taux de change » ; en effet, le taux de change d'une monnaie par rapport à une autre reflète leurs valeurs réciproques sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur.

Deuxième bonne nouvelle : en lisant l'article et le graphique, on s’aperçoit que :

-       62% des Français appartiennent aux 10% les plus riches du monde.

-       90% des Français font partie des 20% les plus riches au monde.

-       97% des Français font partie des 30% les plus riches au monde.

Si l'opinion publique s'intéressait plus aux Français pauvres, elle regarderait, par exemple, le premier centile : ce sont les 1% les plus pauvres. Elle s'étonnerait alors que malgré leur position, plutôt à l'écart du reste de la distribution nationale, personne ne s'en soucie. Avec leur position proche du milieu de la distribution mondiale, leur pouvoir d'achat ressemble à celui de la classe moyenne mondiale, dont la plus grosse partie vit en Chine.

Bien sûr les diplômés d’économie de l’Université des Ronds-Points auront beau jeu d’objecter que la PPA ne tient pas compte de la cherté de l’immobilier, des taxes locales (déclarées "abusivement" élevées en France), etc. C’est vrai, mais la PPA qui compare un même « panier » de biens et de services est un instrument qui, tout imparfait qu’il soit, permet quand même la comparaison d’ordres de grandeur.

L'étude et le graphique confirment ce que l’on ressent intuitivement : en France, le niveau de vie n’est pas si mauvais, même si les disparités entre ultra-riches et ultra-pauvres sont insupportables et qu’il y a des injustices flagrantes.

D’après les sondages, environ 20% de la population française se déclare « Gilet Jaune » c’est-à-dire que plus de la moitié des gilets jaunes (10%) fait statistiquement partie des 20% les plus riches du monde (80% de non Gilets Jaunes inclus dans les 90% de la strate de richesse). Je m’en doutais un peu en voyant dans les rues de Flines des gilets jaunes jonchant les tableaux de bord de Peugeot 3008, coupés BMW ou 4x4 Toyota récents… Je connais même des gilets jaunes avec des résidences secondaires !

Autre sujet

Selon un sondage retranscrit dans la Voix du Nord du mardi 11 février (enquête inédite de la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch, réalisée par l’IFOP), les Français qui se définissent comme Gilets jaunes (18 % de la population nationale au moment de l’enquête menée du 21 au 23 décembre) sont plus sensibles que la moyenne aux théories du complot.

Ainsi, pour 62% des sondés, «le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher la réalité sur la nocivité des vaccins» contre 43% des Français en moyenne.

23 % d’entre eux pensent que « L’attentat du marché de Noël à Strasbourg est « une manipulation du gouvernement pour détourner l’attention des Français et créer de l’inquiétude dans la population en plein mouvement des Gilets jaunes »  contre 10 % des Français en moyenne ; 19 % considèrent qu’il subsiste « des zones d’ombre »

46 % jugent que « l’immigration est organisée délibérément par nos élites pour aboutir au remplacement de la population européenne », contre 25 % des Français.

44 % pensent qu’il existe un complot sioniste à l’échelle mondiale, soit deux fois plus que l’ensemble des Français.

Plus imaginatifs, 29 % estiment que les « traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes »

Et, pour toutes ces théories, les proportions sont encore amplifiées si l’on s’intéresse aux seuls Gilets jaunes ayant réellement participé aux actions.

Sondées sur les moyens qu’elles utilisent en ligne pour s’informer, les personnes se définissant comme Gilets jaunes sont 59 % à utiliser d’abord les réseaux sociaux et les sites de vidéos en ligne (contre 37 % des Français) avant les portails d’actualité ou les sites des grands médias.

 

Personnellement, même si je ressens une certaine empathie pour les personnes en réelle détresse sociale (pas celles qui circulent en Peugeot 3008 décoré d’une touche de jaune derrière le pare-brise !) je suis un peu effrayé par ce que nous montrent les deux informations données ci-dessus.

Cela me fait un peu penser, pour certains, à des enfants gâtés qui ne savent plus apprécier ce qu’ils ont et qui se méfient tellement « des élites » qu’en réaction, ils sont prêts à gober n’importe quelle ânerie pour peu qu’elle soit propagée par un ami qui « like » les mêmes pages Facebook qu’eux.

Le plus affligeant et le plus dangereux, c’est que ces Gilets Jaunes, qui sont sans doute « « de bonne foi dans leur erreur » soient courtisés et encensés par des politicards chevronnés qui seraient ravis de récupérer leurs votes.

Amis Gilets Jaunes, en Italie vous avez un laboratoire où les idées qui vous tentent et les mesures qui en découlent sont mises en pratique : alliance de circonstance entre des populistes (genre La France Insoumise, qui vous encense) et l’extrême droite (genre Rassemblement National, qui vous ouvre les bras)

Patientez quelques temps et vous ne regretterez sans doute pas, finalement, de ne pas avoir réussi à renverser le gouvernement légalement élu pour le remplacer par des chimères du type alliance "Mouvement 5 étoiles / Ligue du Nord"

Je ne parle même pas de ces pauvres Britanniques qui, bernés par des tombereaux de fake news déversés à jet continu par de courageux politiciens qui se sont depuis sauvés (UKip, extrême droite) ont, par référendum, voté le Brexit. Ils vont certainement ramer pendant une ou deux décennies pour éponger les dégâts et retrouver leur niveau de vie actuel.