Le 17 janvier 2020, la mairesse a présenté les traditionnels vœux du conseil municipal à la population.

Les années se suivent et le déroulé semble immuable. Par confort, je reprends en italique les mots tiré de mon billet « cérémonies des vœux 2019 » en actualisant si nécessaire

Pour cette édition 2020 quelques éléments d’ambiance d’abord : la salle était pleine, beaucoup plus de Flinois s’étant déplacés par rapport à 2019. L’année étant électorale, une partie se déplace peut-être pour montrer son soutien ; une autre partie souhaite sans doute aussi assister au chant du cygne de la majorité et pourra dire en parodiant Napoléon «  J’y étais ! » Peut-être en lien, le billet  « Je vais bien ! Tout va bien ? » du 31 octobre sur ce blog connaît un regain de consultation.

Première partie de la cérémonie

Ouverture par la musique municipale, joliment enlevé comme d’habitude

Peu de rythme également : les sempiternels élus-animateurs-chanteurs ne s’étant pas beaucoup renouvelés, la prestation avait un air de déjà vu et déjà entendu.

Sur le fond : pas de grandes surprises non plus.

En première partie : diaporama illustrant les actions réalisées en 2019. Litanie : travaux d’entretien, cérémonies patriotiques, accueil des nouveaux arrivants, accueil des nouveau-nés, noces d’or, repas des Aînés, voyages des Aînés, colis de fin d’année des Aînés (plus de 800 !), Seniors à la une, médailles du travail, jardins fleuris, Andouillades, brocante du CCAS, marché de Noël, Halloween, fête du centre de loisirs, concerts de la « Bande à Manou », représentations théâtrales de « Art et Compagnie » et de la Caboche, etc.

Beaucoup d’initiatives de tiers, récupérées : comité de mamans écolo « Le cri des pissenlits » ; fête de la broderie ; fête des métiers de l’association ACF; Atelier 40 (trois artisans qui se sont installés dans des locaux privés) ; « Consom’acteurs » (produire moins de déchets en consommant moins) et distribution de composteurs portés par le Symevad ; Run éco Flines pour nettoyer les voyettes ; labellisation du 25ème éco jardin [Nb : le premier éco-jardin a été celui des époux D. (cités par Mme Goupil) en 2016. Ils sont depuis devenus éco-gardes bénévoles pour le Parc Naturel Scarpe Escaut et s’occupent des formalités pour susciter et instruire les candidatures flinoises : ça aide ! Ils alimentent aussi bénévolement les 5 pages  consacrées à l’éco jardinage et à la flore locale dans chaque Flin’infos], …

Des gilets fluorescents ont été prêtés aux enfants venant en bicyclette à l’école. Des gourdes en inox ont été offertes aux enfants de maternelle.

Des travaux listés, également réalisés par des tiers : réfection d’arrêt de bus par le SMTD (syndicat mixte des transports du Douaisis) et réfection de l’assainissement des voiries dans quelques rues effectuées par Noréade.

Deuxième partie de la cérémonie

Après la resucée du diaporama usuel, le discours original de la mairesse qui se veut plus politique

D’abord un Hommage à Daniel Henno, décédé en 2019 et qui au cours de ses 43 ans de mandat (dont 23 ans comme maire) aura façonné la commune (voiries, tout-à-l’égout, lotissement des Hudrez, collège Jean Moulin, salle de sport…) : un grand maire, bâtisseur !

Retour (assez soft) sur la crise des gilets jaunes répondant à la « dynamique inégalitaire » ? On n’en saura pas plus.

Evocation de la crise de l’hôpital et du personnel soignant ainsi que du mouvement social contre la réforme des retraites, attribués tous deux à « notre société malade du néo-libéralisme » Tous les secteurs seraient touchés par « le système par points, la modification du calcul des pensions et l’âge du départ »

Enfin, évocation de la crise climatique et de Greta Thunberg jeune égérie suédoise de la jeunesse fustigeant l’inertie des gouvernements pour combattre le dérèglement du climat.

Transition habile pour finir par un focus local sur l’ancien Café des sports racheté par la mairie « qui deviendra un café brasserie solidaire, lieu d’animation pour bien vivre ensemble et favoriser la transition écologique ! »

Annonce un peu éventée : « La mairie a provisionné et établi un échéancier pour la réalisation d’une deuxième salle polyvalente »

Mise à l’honneur des sportifs flinois s’étant particulièrement illustrés en 2019 : longue liste concernant les « coulonneux », l’équitation, le foot, le tennis, le tennis de table, le VTT, l’athlétisme et le le karaté !

Remise de la médaille de la Ville à Claude Baratte, localier fidèle et bien connu de la Voix du Nord depuis 1955. Il a publié plus de 11 000 faits divers concernant Flines. Bravo à lui !

La (longue) cérémonie s’acheva par une dernière prestation de la musique municipale qui interpréta avec brio le « Galop infernal d’Orphée aux enfers » d’Offenbach

Mes commentaires

Pour comprendre mieux la « dynamique inégalitaire » évoquée de façon sibylline par la mairesse, je conseille la note n°55  du Conseil D’analyse Economique qui vient de paraître http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/cae-note055.pdf

Le malaise des soignants (qui travaillent dans des conditions très dégradées) est réel et la situation de l’Hôpital public mérite de grandes améliorations.

La réforme du système des retraites pour abandonner les 42 régimes qui coexistent depuis 1946 et les remplacer par un système unique par points est difficilement comprise par les Français, sans doute mal expliquée par la majorité et aussi bien instrumentalisée par les oppositions.

La mairesse cible implicitement la majorité actuelle et le président de la République. Elle n’est pas de ce bord là, mais son tropisme la fait sombrer dans la démagogie. Elle ne parle que de dérive du néo-libéralisme.

L’hôpital est malade de l’engorgement des urgences et du système absurde de tarification à l’acte. Les dépenses de santé en France sont supérieures à la moyenne européenne mais il n’est pas certain, que l’on y soit mieux soigné que dans les pays où l'on dépense moins. Il n’est pas illégitime d’essayer de rationaliser et optimiser la dépense. Actuellement c’est le nombre d’actes qui est payé et non pas la qualité de ceux-ci. De plus, l’égoïsme des médecins qui ont instauré il y a quarante ans un numérus clausus pour limiter la concurrence, a conduit à l’insuffisance actuelle de praticiens et à l’engorgement des urgences. Rendre Emmanuel Macron responsable de cette situation est un raccourci extrêmement commode et relève au mieux de l’attitude politicienne, au pire du manque de recul et de discernement.

De même, les alertes sur la pérennité dans le temps de notre système de retraite ne sont pas nouvelles et les réformes se suivent depuis 1995. Elles sont à chaque fois insuffisantes car parcellaires et ne permette pas de s’adapter à la diminution du nombre d’actifs par rapport au nombre de pensionnés. Le projet de système universel par points a le mérite d’être structurel et d’instaurer un système de pilotage global simple : âge pivot et valeur du point.  Bien sûr il va à l’encontre des « privilèges » de certains régimes spéciaux (pardon "avantages acquis au prix des luttes antérieures" selon Mélenchon) et risque d’ajuster les pensions aux possibilités réelles de la Nation. Il ne faut jamais oublier que ce sont nos enfants qui paient nos pensions. Si celles-ci sont trop importantes en proportion  de la richesse nationale produite, c’est au détriment de nos enfants qui auront un plus lourd fardeau à porter et moins à se partager ! Déjà qu'ils vont rembourser l'immense dette extérieure que nous avons creusé.

Nos enfants (qui paient la pension des retraités actuels) et petits-enfants (qui paieront celles de nos enfants) auront, avec un système universel, une certaine visibilité et prévisibilité, ce qu’ils n’ont plus actuellement. Fustiger par principe ce projet car il serait "néo-libéral" est également un raccourci extrêmement commode et relève aussi au mieux de l’attitude politicienne, au pire du manque de recul et de discernement.

Servir la soupe démagogique et idéologique est hélas plus facile que de prendre du recul.

Derniers points :

-       L’ancien Café des sports (qui va coûter au final plus de 240 000 €) est annoncé de nouveau comme un futur « café brasserie à vocation sociale » (concept à définir) après avoir été qualifié de « tiers lieu » dans la Voix du Nord de septembre.

-       Serpent de maire (si j’ose cette boutade)  : la nouvelle salle des sports est annoncée comme ayant été provisionnée et planifiée. En fait, sur un montant prévisionnel de 1,5 million d’Euros, 20 000 € ont été provisionnés (soit 1,3 % !). Encore un signe du manque d’ambition de la mairesse ? Pourquoi ne pas annoncer avoir provisionné aussi (dans la même ridicule proportion) un théâtre et un palais des congrès ? Vu la capacité d’autofinancement communale, ils ont autant de chance de sortir de terre à court terme que la salle polyvalente, alors, pourquoi s’en priver ?

-       Question : le nombre très impressionnant de clubs sportifs récompensés cette année (électorale rappelons-le) ne risque-t-il pas d’attirer l’attention des autorités anti-dopage pour une augmentation très suspecte des performances des Flinois ?