Trouvé dans la boîte aux lettres ce mardi 22 octobre, un message du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) invitant à une « journée exceptionnelle » réservée aux plus de 60 ans, dans le cadre de « Seniors à la "Une" », en partenariat avec la commune et un certain « Comité des fêtes de Flines-lez-Raches ».

Quel est ce programme "exceptionnel" ?

-       un accueil par la mairesse et son adjointe à l’action sociale, avec un petit déjeuner offert 

-      « des festivités » avec présentation  de ses services à la personne pour les seniors par La Poste , des prestations d’un écrivain public local et des fonctions d’un « gardien brigadier » (nouvel embauché ?)

-      un repas mitonné par les bénévoles de l’atelier cuisine du CCAS

-      du close-up par un magicien humoriste

-      des chansons par l’association présidée par l’adjointe à l’action sociale

-    un spectacle patoisant par un saltimbanque local, par ailleurs membre du conseil municipal

-      en conclusion : « fin de cette belle journée des plus conviviales »

 

 Quelles sont les questions soulevées par ce tract toutes-boîtes?

Un Centre Communal d’Action Sociale est un établissement public administratif (EPA) présidé par le maire, avec un conseil d’administration et un budget alimenté notamment par une subvention municipale. Il intervient obligatoirement pour l’aide sociale légale, facultativement pour l’aide sociale découlant de la politique décidée par les élus locaux et enfin, pour l’animation des activités sociales (cf. Wkipédia). L’organisation de « Seniors à la  "Une" » peut, à la rigueur, être englobée dans une acception très large « d’animation des activités sociales »

On peut comprendre qu’il soit fait mention d’un « partenariat avec la commune » car les locaux et la logistique seront fournis par celle-ci, mais qu’est-ce que ce « Comité des fêtes de Flines–lez-Râches » et quelle est sa valeur ajoutée ?

Juridiquement, un comité des fêtes est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 (cf .www.comitedesfetes.org) et il existe bien une telle association « Comité des fêtes de Flines-lez-Râches », enregistrée le 11/04/2012 avec son siège place Henri Martel à Flines (autrement dit, à la mairie). Qui en est membre ? Quel est son budget ?

La mise en avant de ce Comité des fêtes ne serait-t-elle pas un moyen de protection préventive contre l’interdiction d’utiliser les moyens communaux pour la promotion des équipes sortantes ? (Dans le cas improbable où il subsisterait « des esprits chagrins » cf. billet "Des émules de Jupiter à Flines ?"). Notamment, les événements récurrents peuvent continuer à être organisés mais doivent par ailleurs avoir lieu conformément à leur périodicité habituelle et dans les conditions habituelles (ni avancé, ni retardé, ni particulièrement amplifié) ? La qualité d'élus municipaux d'une bonne partie des prestataires artistiques n'est ainsi soigneusement pas rappelée.

A l’analyse, la matinée est majoritairement à visées commerciales, un peu à l’instar des excursions touristiques offertes avec animation promotionnelle pendant le trajet. Un public captif va se voir présenter « les services à la personne et de l’utilisation du numérique » proposés par la Poste pour les seniors ainsi que « les prestations et services aux particuliers » d’une écrivaine publique. Ces services à la personne ne sont pas gratuits... mais vendus !

On n’est plus tout-à-fait, il me semble, dans l’action sociale d’un établissement public, mais plutôt dans la publicité pour des activités lucratives privées !

Dernier point, (opinion personnelle) : certains des artistes qui vont se produire ne demandent pas de cachets, mais ça fait longtemps qu’on les entend systématiquement. Un peu de renouvellement  de l'affiche serait le bienvenu !