En ce début septembre, c’est la rentrée pour beaucoup et je trouve que ça démarre fort !

Tout juste revenu de villégiature, je découvre dans ma boîte à lettres le numéro 67 d’août 2019 du Flin’infos.

La présentation globale de ce périodique s’est améliorée depuis quelques mois : mise en page plus structurée, lecture plus agréable, contenu facile à lire car essentiellement ludique (peu de vraies informations demandant réflexion). Bravo à la rédaction qui a su se réinventer...dans le magazine distrayant. Mon propos concerne cependant la dernière page qui m’a un peu interloquée, je veux parler du « Droit d’expression »

La coutume, si ce n’est la loi, permet aux différentes listes ayant concouru aux dernières élections municipales et ayant obtenu des élus, d’insérer librement un petit texte à chaque parution.

Pour ce numéro, le « Rassemblement Flinois » a axé son intervention sur les élections municipales prochaines et a choisi de questionner la majorité (mandat en cours depuis 2014, dans la continuité de la même couleur politique depuis 1971). Aucun bilan de mi-mandat n’ayant été diffusé, l’opposition municipale est dans son rôle en questionnant l’équipe en place sur des sujets d’actualité.

Les questions portaient sur quelques annonces récentes de la mairesse suivies de votes lors des derniers conseils municipaux, l’interrogation sous-jacente étant de démêler la part de propagande pré-électorale de celle des projets réalistes.

Trois sujets étaient évoqués :

-       L’inscription au plan prévisionnel d’investissement et partiellement au budget 2019 de la construction d’une salle polyvalente, (serpent de mer récurrent depuis des décennies aux dires de vieux Flinois avertis) mais en reportant l’essentiel des dépenses après 2020, soit après les élections municipales de mars prochain.

-       Les finalités précises ainsi que le plan de financement réel de l’achat et de l’exploitation prévisionnelle de l’activité, annoncés de manière très floue, pour l’ancien Café des Sports sur la place.

-       L’embauche d’un gardien-brigadier de police municipale : pour quoi faire et comment ?

Il s’agit de sujets importants car structurants et ayant des impacts potentiels significatifs sur les finances communales, donc l’argent de tous les Flinois.

En plus des 30 pages de Flin’infos qui permettent jusqu’à plus soif de tresser des louanges à l’action de l’équipe en place (c’est un peu lassant mais c’est le jeu), la liste majoritaire  « Agir et continuer pour bien vivre ensemble » dispose également d’un droit d’expression, avec le petit (gros !) avantage d’avoir connaissance des textes de ses concurrents avant de rédiger le sien puisque c’est la mairesse qui est à la fois directrice de la publication et leader de cette liste. On pourrait s’attendre à des déclarations politiques (cela s’est déjà fait cf. billet « Les masques tombent » de mars 2019) ou à des réponses précises aux questions du Rassemblement Flinois. On a eu droit à de la « prose jupitérienne ! »

Petit [commentaire]  du «texte de la liste majoritaire»

« Les médias commencent à évoquer les prochaines élections municipales de mars 2020. »

[Depuis plusieurs mois, la Voix du Nord publie régulièrement des articles sur les intentions des maires du Douaisis et se fait l’écho des soubresauts et tiraillements qui agitent telle ou telle commune : Faumont, Waziers, Lallaing, Guesnain etc. où des stratégies électorales et des oppositions s’organisent. Que cela déplaise à la tête de liste de la majorité en place à Flines depuis près de 50 ans, cela peut se concevoir, mais cela ne signifie pas que les élections de mars 2020 ne doivent pas être évoquées et qu’il faille maintenir un étouffoir sur le sujet jusqu’à ce que la majorité, se sentant prête, autorise le débat. Il y a d’ailleurs fort à parier que la mairesse, qui a annoncé en son temps dans la Presse son intention de se représenter, soit très occupée actuellement à bâtir une nouvelle liste]

« Ici et là, quelques esprits chagrins se manifestent déjà, oubliant que la critique, si elle est acceptable quand elle est constructive, ne doit cependant pas être confondue avec le dénigrement qui, lui, dessert l’intérêt général. »

[Et oui, si on n’est pas de l’avis majoritaire à Flines on est forcément « un esprit chagrin » (ou personne volontairement contrariante) surtout si on a l’outrecuidance de poser des questions qui dérangent ! Belle conception de la démocratie et du débat d'idées ! Par ailleurs, une critique est qualifiée de constructive quand elle s’appuie sur des faits et qu’elle laisse la possibilité au critiqué de faire valoir son point de vue. L’intervention du Rassemblement Flinois s’appuyait sur des faits exposés en conseil municipal et demandait des précisions à la majorité municipale qui pouvait donc les apporter. Les critères de la critique constructive sont donc respectés. Par contre le dénigrement désigne l’action de déprécier la valeur morale ou de chercher à nuire à quelqu’un. Qualifier ses opposants  « d’esprits chagrins » alors qu’ils posent des questions légitimes sur des actions pouvant lourdement impacter la vie communale pourrait être qualifié de début de dénigrement.]

« Notre intérêt pour les Flinoises et les Flinois se traduit, au quotidien, au travers des actions que nous menons et qui recueillent votre participation toujours aussi massive et active. Autre signe de cet engouement, le nombre grandissant d’initiatives citoyennes qui voient le jour et que nous soutenons activement. »

 [La mention d’une « participation toujours aussi massive » n’est étayées par aucune donnée quantitative et il faut donc la prendre pour ce qu’elle est : une affirmation d’auto-satisfaction gratuite. Il faudrait aussi apporter un critère qualitatif aux actions implicitement visées : beaucoup d’animations proposées sont des animations de routine qui drainent chaque année peu ou prou les mêmes participants (Repas des Aînés, concours des Maisons fleuries, etc.). Il faut bien sûr se féliciter par ailleurs que des actions nouvelles se mettent en place à Flines. Si on en croit le Flin’Infos d’août, il s’agit essentiellement d’initiatives de Flinoises et de Flinois  comme le "Cri des pissenlits" et la "Fête de la broderie" ou « d’importation » de projets d’autres acteurs (Symevad pour les composteurs ; Parc Naturel Scarpe Escaut pour les éco-jardiniers, relayé par des individualités locales ; Douaisis Agglo pour AlimCAD et la nutrition.) La mairie accompagne, (ce qui n’est déjà pas si mal, mais n’est, après tout, que  tout à fait normal et banal) mais se valorise au maximum au passage. Un peu de modestie que diable ! Les Flinois ont du talent et des idées mais ça ne signifie pas que ce soient systématiquement ceux de la mairie…]

Le Flin’infos se fait régulièrement l’écho du dynamisme de la vie locale et prouve, si besoin est, que l’on vit bien à Flines »

[La vie locale est dynamique et le quotidien agréable,... mais cela ne signifie aucunement qu’ils cesseraient de l’être s’il y avait une majorité municipale différente. Le procédé est habile et sournois : procès d’intention implicite et sous-entendu subliminal perfide. A contrario on pourrait espérer que le renouvellement d’un courant d’idées en cours depuis près de 50 ans serait potentiellement rafraîchissant et ouvrirait des perspectives inédites.]

 

Conclusion : plutôt que d’apporter les précisions demandées, ce qui aurait contribué à clore le débat et surtout à  rassurer les Flinois sur l’intensité des réflexions préalables ayant  conduit à faire voter les trois sujets du questionnement, la majorité a préféré essayer de ridiculiser l’opposition et a soigneusement évité de répondre.

Il est de notoriété publique que la mairesse n’apprécie pas le président de la République et qu’elle parle volontiers d’enfumage à son propos.

D’aucuns  le surnomment « Jupiter » pour la propension qui lui est prêtée à décider de tout, à ne pas entendre les critiques, à répondre en contournant les questions et à vouloir toujours avoir le mot de la fin. Il semblerait qu’il fasse des émules dans certaines communes.