Le conseil municipal de Flines a tenu le 25 février son débat sur les orientations budgétaires 2019. Cet exercice obligatoire  consiste pour le maire (en l’occurrence la mairesse) à présenter les évolutions prévisionnelles des dépenses et des recettes, en fonctionnement comme en investissement, les engagements pluriannuels, notamment les orientations envisagées en matière de programmation d'investissement et des informations relatives à la structure et la gestion de l'encours de dette contractée et les perspectives pour le projet de budget.

La Voix du Nord du 28 février résume les débats pour les Flinois.

Le journal titre sur une déclaration liminaire de la mairesse en réaction à un trac de l’opposition « La gestion des finances n’était pas une dégringolade »… à voir !

Concernant l’autofinancement net (différence entre les recettes de fonctionnement et les dépenses de fonctionnement augmentées du remboursement de l’annuité en capital) il est noté dans le journal : « en 2019 il est estimé à 462 025 € et il était à 195 914 € en 2016 » Voilà qui semble flatteur… sauf que les documents commentés en conseils municipal indiquent que ce fameux autofinancement était négatif de 382 000 € en 2017. Dégringolade ? … Vous avez dit dégringolade ?

Les taux d’imposition votés par la commune ne vont pas augmenter, sauf que… l’Etat va revaloriser les bases d’imposition de 2,2% ce qui signifie que les taxes payées vont augmenter de la même proportion. Taxes = taux x bases. Si les bases augmentent, les taxes augmentent ! L’inflation est prévue à 1,9% en 2019 donc les impôts locaux vont augmenter plus que l’inflation ! A quand l’invasion du hall de la mairie par les gilets jaunes ?

Ce qui n’est pas repris dans la Presse mais figure dans les documents publics, ce sont les écarts entre les chiffres de Flines et les moyennes des communes de même importance.

Flines (5600 hab.) est dans la strate nationale [5000 hab. < population < 10 000 hab.]

Les moyennes en 2017 pour ces communes sont : dépenses de fonctionnement par habitant 1037 € et recettes de fonctionnement par habitant : 1167 €

A Flines ces ratios sont : dépenses de fonctionnement par habitant 552 € et recettes de fonctionnement par habitant 637 €

Flines collecte moitié moins de recettes par habitant que les communes similaires mais dépense aussi moitié moins pour chaque habitant. Gestion « low cost » comme Ryan Air : ça coûte pas cher mais il n’y a pas beaucoup de services.

Dans l’amélioration budgétaire en trompe-l’œil il ne faut pas perdre de vue que la CAD (très bien gérée) dégage des excédents qu’elle redistribue à ses communes ce qui vient améliorer l’ordinaire.

Elle touchait une part de FPIC (Fonds de péréquation intercommunal) national : elle le redistribue intégralement aux 25 communes.  Elle attribuait un fonds de concours pour soutenir les investissements des communes : le montant a été augmenté. (Cf. billet « Pourvu que la mine d’or dure »)

La Voix du Nord termine enfin sur les investissements : annuité d’emprunt, requalification du presbytère, les indispensables travaux récurrents de réfection de voiries et d’entretien de bâtiments communaux vont absorber la quasi-totalité du montant des investissements. Il est prévu de réserver 10 000 € pour amorcer la construction de la Fameuse Salle Polyvalente.

Pour plagier un édile local : « C’est de l’enfumage ! »

Le programme pluriannuel évalue sa construction à 10 + 40 + 900 + 900 = 1850 k€ soit 1,85 million d’Euros !

Le phasage envisagé est le suivant : études en 2020, et réalisation... en 2021 et 2022.

La commune n’a plus les moyens d’investir dans cette fin de mandature et fait miroiter une carotte pour …après les élections municipales de l’année prochaine !

Procédé éculé qui ne trompera personne, surtout que dans ce débat d’orientation budgétaire il est bien fait mention d’une diminution des remboursement d’emprunts de 94 000 € entre 2019 et 2022, mais cela sous-entend que la commune ne souscrira pas d’autres emprunts pour réaliser une salle polyvalente. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et les points cadeau !

ll ne faut pas non plus oublier que le coûteux restaurant scolaire tout neuf oblige à faire trois services pour réussir à nourrir tous les élèves : il faudra sans doute à un moment donné remettre la main à la poche pour régler ce problème. La zone du couvent nécessitera aussi certainement d'autres appels de fonds. L'avenir financier de Flines n'est pas un aussi long fleuve tranquille que les élus de la majorité veulent nous le faire croire.