Décidément la maire de Flines nous étonnera toujours : elle étale dans la Presse un art de la communication qui ne doit pas être enseigné dans les écoles du même nom.

En effet, communiquer sur ce que l’on considère comme un non-événement revient à mettre en lumière celui-ci et donc lui conférer de l’importance…

L’objectif est bien sûr de dénigrer une conseillère municipale en désaccord qui a démissionné, mais le procédé manque singulièrement d’élégance. La Voix du Nord du mardi 22 janvier cite : « D’après l’élue, il ne fait aucun doute que la démarche de Danièle Miroir a été téléguidée par son époux Jean-Michel, ancien premier adjoint démissionnaire. « À tel point qu’elle reprend dans son courrier les critiques que son époux avait avancées l’an dernier, ironise la maire ...»

Deux commentaires :

-       Le procès d’intention est très tendancieux : il dénigre tout libre arbitre à Mme MIROIR qui ne serait que le porte-voix de son mari. J’espère que toutes les lectrices de ce blog apprécieront la haute considération de Mme la maire envers les femmes qui osent avoir une opinion. Si on lui applique son propre critère, il serait peut-être opportun de consulter le mari de Mme la maire afin de connaître ce qu’elle pense de tel ou tel sujet ?

-       Il ne lui vient pas un seul instant à l’idée que si les raisons de Mme Miroir recoupent celles de son mari, peut-être est-ce tout simplement parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets ? Et si la perception du fonctionnement du conseil municipal de Flines était fondée ?

Un moyen simple de porter un jugement objectif sur la manière d’exercer le pouvoir de Mme la maire serait d’interroger des élus sortants de l’équipe municipale 2008-2014 qui ne se sont pas représentés sur sa liste en 2014. Chiche ?