Le 18 janvier 2019 la mairesse a animé la traditionnelle cérémonie des vœux à la population.

Celle de 2018 lui avait donné l’occasion de profiter de sa tribune institutionnelle pour régler des comptes avec son premier adjoint démissionnaire et l’opposition en général (cf. billet « Tacle irrégulier mérite carton rouge ») : les noms d’oiseau et les qualifications de « fake news » avaient volé bas.

Pour cette édition 2019, quelques éléments d’ambiance d’abord : visiblement la salle était moins garnie, des places assises étaient vacantes et il y avait très peu de monde debout en fond de salle. Peu de rythme également : les sempiternels élus-animateurs-chanteurs ne s’étant pas beaucoup renouvelés, la prestation avait un air de déjà vu et déjà entendu.

Sur le fond : pas de grandes surprises non plus.

En première partie : diaporama illustrant les actions réalisées en 2018. Litanie : travaux d’entretien, cérémonies patriotiques, accueil des nouveaux arrivants, accueil des nouveaux-nés, noces d’or, repas des Aînés, voyages des Aînés, colis de fin d’année des Aînés, Seniors à la une, médailles du travail, jardins fleuris, Andouillades, brocante du CCAS, marché de Noël, Halloween, fête du centre de loisirs, concerts de la « Bande à Manou », représentations théâtrales de « Art et Compagnie », etc.

Ensuite les projets 2019 : la plupart des actions d’animation 2018 se retrouve listée quasiment à l’identique dans les projets 2019… « Gestionite » est peut-être un mot du patois local flinois ?

Deux satisfécits cependant : la commune s’est enfin ouverte sur l’extérieur. Elle participe au programme « Alim Cad » de Douaisis-Agglo (nouveau nom de la CAD) et elle collabore avec le Parc Naturel Scarpe-Escaut pour des activités. Ainsi un verger pédagogique de 12 fruitiers a été aménagé avec la participation des Eco-Gardes et ceux-ci sont également intervenus dans les classes primaires pour apprendre aux enfants à réaliser des nichoirs. Une dizaine de jardins flinois ont également été labellisés « Eco-jardins » par le Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut grâce à la ténacité d’un couple de Flinois qui a obtenu le premier label et continue à faire le lien avec le Parc. Des fiches thématiques faune et flore sont insérées périodiquement dans Fline’Infos

Il faut noter que le renforcement des liens avec le PNR Scarpe-Escaut est une retombée du travail du groupe de Flinois (dont le couple susmentionné) qui s’était réuni en 2015-2016 pour élaborer un Agenda 21 : verger pédagogique, travail avec les scolaires, fiches thématiques, promotion des éco-jardins,… étaient des préconisations de l’Agenda 21. Le reste de la dynamique est retombé avec le départ du premier adjoint précédent qui l’avait portée. L’élaboration de cet Agenda 21 reste à ce jour l’expérience la plus aboutie de Démocratie participative dans la commune. Des groupes de travail ont été depuis lancés sur le thème de la production alimentaire locale, espérons qu’ils ne s’essouffleront pas faute d’animation suffisante.

Le premier adjoint actuel a depuis plus de 4 ans, la délégation « Démocratie participative » et dans le programme de la liste Goupil de 2014 figurait la tenue de réunions régulières dans les hameaux de Flines… Où sont les réalisations ? Quel est le bilan ?

Dans le cadre de la crise sociale dite des « Gilets Jaunes », le président de la République a lancé un Grand Débat National.  C’est effectivement l’occasion pour les Français d’exprimer leurs idées. Il est demandé aux maires de faciliter la tenue de ces réunions. La mairesse de Flines interrogée par la Presse répond (La Voix du Nord du 15 janvier) : elle fait partie des maires qui assureront le service minimum et « mettront à disposition une salle pour ceux qui le souhaiteraient »… « Annie Goupil parle même d’enfumage après le mépris d’Emmanuel Macron envers les maires »

La seule ouverture vers une pseudo Démocratie participative, énoncée lors de son discours de vœux par la mairesse, part du constat que beaucoup de Flinois ayant manifesté leur intérêt lors de l’enquête publique pour la révision du PLU, elle va en conséquence prolonger les réunions de la commissions de révision du PLU afin que les habitants puissent continuer à venir exposer leurs doléances sur les sujets d’urbanisme. Est-ce à dire que le PLU va rester en révision ad vitam aeternam sans être adopté ?

Par ailleurs, répondre aux questions d’urbanisme est du ressort de l’adjoint en charge avec l’appui au quotidien des employés municipaux correspondants. Régler ses problèmes individuels de demande de permis de construire ou de déclaration de travaux ne relève pas de la « Démocratie participative » Enfumage ou rideau de fumée ?

Venons-en maintenant à la partie politique du discours.

La mairesse, peut-être échaudée par les échanges croisés avec l’opposition par Presse interposée début 2018, a évacué la partie financière en deux affirmations : « Les finances sont saines ! » « L’excédent de fonctionnement est en croissance ».

Pour la première affirmation, pas de remarque immédiate, l’avenir apportera certainement des éléments dans un sens ou dans l’autre.

La deuxième assertion appelle tout de suite un commentaire : l’excédent de fonctionnement était tellement restreint l’année dernière qu’il ne peut que croître (les valeurs négatives étant interdites par la loi). Risquons une analogie : un élève qui avait 1/20 de moyenne en math. au premier trimestre passe à 2/20 au deuxième : on peut objectivement acter que sa moyenne est assurément en croissance mais pas forcément conclure que le résultat est satisfaisant !

Ensuite elle est passée à la crise sociale actuelle et a asséné «  les mesures [du président] en faveur du pouvoir d’achat ne sont pas suffisantes » ajoutant « Le RSA n’est pas revalorisé,…, la forte baisse des Aides personnalisés au logement va pénaliser les plus fragiles,…la défiscalisation des heures supplémentaires va détruire des emplois et les bas salaires ne sont pas imposables et n’auront pas le bénéfice de la défiscalisation… les 100 € supplémentaires de prime d’activité n’entrent pas dans le calcul de la retraite… l’annulation de l’augmentation de la CSG pour les petites retraites corrige une injustice mais il n’y a pas de revalorisation du montant des retraites… il y a des cadeaux fiscaux aux grandes entreprises…

Toute cette propagande assénée d’un ton docte, confirme ce que l’on soupçonnait déjà et qu’avaient démontré les Amis du Rassemblement Flinois dans leur tract d’avril 2018 consacré aux finances communales (Cf. billet « Sauvée par le gong mais rattrapée par la patrouille » : les finances et l’Economie ne sont pas « le truc » de la mairesse !

Les mesures annoncées par l’Exécutif en décembre vont coûter 10 à 11 milliards d’Euros et faire déraper le déficit public de la France. Les contribuables vont devoir mettre la main à la poche !

Mme Goupil s’enorgueillit d’avoir des impôts locaux très bas et sans augmentation depuis plusieurs années (avec en contrepartie une dépense par Flinois inférieure aux autres communes équivalentes [cf. billet « Tacle irrégulier mérite carton rouge »]). Par contre, elle se comporte en paroles comme si l’argent de l’Etat s’auto-créait et qu’on pouvait piocher autant que l’on voulait dans une source inépuisable.  Ne pas augmenter les prélèvements fiscaux locaux mais taper sans vergogne dans les poches de l’Etat : augmentation des dotations, des allocations, etc. Démagogie au frais des autres … qui sont d’ailleurs finalement les mêmes.

 Quelques appréciations sur ses « leçons d’Economie »

Le RSA n’est pas revalorisé : les gens compétents en insertion imagent parfois leur action en disant « qu’il est préférable d’apprendre aux gens à pêcher plutôt que de les fournir en poissons » Je ne crois pas que les allocataires du RSA soient ravis de leur situation et souhaitent la pérenniser. Il vaut mieux œuvrer à leurs donner la possibilité de monter en qualification et s’insérer dans un marché du travail dynamique qui crée des emplois.

La forte baisse des Aides personnalisés au logement va pénaliser les plus fragiles. Des chiffres auraient dû venir étayer l’assertion « Forte » car elle n’est pas automatiquement démontrée si on consulte les articles disponibles.

La défiscalisation des heures supplémentaires va détruire des emplois … les bas salaires ne sont pas imposables et n’auront pas le bénéfice de la défiscalisation.  Cette mesure de soutien au pouvoir d’achat (objectif pourtant affiché de la mairesse) peut effectivement avoir des répercussions sur la création d’emploi (évaluation potentielle : 2000 emplois en 2019) Le fonctionnement de l’Economie est très souvent le théâtre de phénomènes de vases communicants. Par contre la remarque concernant les bas salaires résiste mal à l’analyse. Si les salariés ne paient pas l’impôt sur le revenu, ils encaisseront un salaire supplémentaire payé sur des heures en plus proposées par l’employeur, lui-même exonéré de charges sur ces heures. Les salariés auraient effectivement pu bénéficier d’un allégement de dépense… qu’ils ne font pas. Pour régler ce dilemme, faut-il baisser le seuil d’imposition ?

Les 100 € supplémentaires de prime d’activité n’entrent pas dans le calcul de la retraite. C’est vrai, mais encore une remarque démagogique qui aurait mérité un peu de réflexion préalable. Les allocations familiales et les prestations sociales diverses n’ouvrent pas droits à pension non plus. Faut-il fiscaliser toutes les aides en prélevant des cotisations dessus pour la retraite ? Qu’en penseraient les bénéficiaires ?

Sur un autre sujet, notons que la maire a annoncé la reconduite de travaux de routine ou autofinancés en 2019 et informé que le projet de salle polyvalente (serpent de mer déjà ancien aux dires des Flinois) avait été redéfini avec les associations. Puis, se tournant vers Mme Quatreboeufs [conseillère départementale du Canton], elle a ajouté malignement que la réalisation n’attendait plus que des subventions ! Tout le monde aura compris, après ce grossier clin d’œil appuyé, que si la salle polyvalente ne se fait pas, ce sera la faute de Mme Quatreboeufs. En réalité la commune n’a pas le premier sou pour se lancer dans cette réalisation et aucune instance ne finance à 100% un investissement !

Elle a enfin énoncé sa satisfaction de bientôt mettre à disposition de la population des logements locatifs au Couvent. Il faut comprendre que plus de cinquante familles vont rapidement se trouver tassées sur 4 niveaux dans la première cour de l’ancien bâtiment.

Pour terminer, un conseil pratique : afin d’alimenter sa base de connaissances en fiscalité et dépenses publiques, la maire de Flines est invitée à consulter la fiche pédagogique du Grand Débat National sur ce thème. https://granddebat.fr/media/default/0001/01/f6cc4a86994e31871f5029bbb3eb6725dac9c10b.pdf